Accueil
MTCO 2013

Les hommes de la vigne ont fait déguster toutes leurs gammes. (Photos JEAN-MICHEL MART)

Opération séduction réussie pour les vignerons Ils ont ouvert leurs caves hier pour faire découvrir leurs vins. C'est bon mais j'ai décidé de ne pas boire aujourd'hui..." La journée a commencé, hier, sur le ton de la plaisanterie dans les caves et caveaux du village de vigneron de Montpeyroux. À moins que cette jeune femme ait dit la vérité, toute la vérité, rien que la vérité. In vino veritas... Si tel est le cas, elle s'est tout simplement trompée d'adresse. En effet, ce dimanche était placé sous le signe des dégustations avec le traditionnel rendez-vous de 'Montpeyroux toutes caves ouvertes'. Ce jour-là, les vingt et une caves du village font la fête. Sans distinction aucune. Qu'elle soit cave coopérative ou caves particulières ! C'est l'une de leur force, comme ont pu le souligner, lors de leur tour des propriétaires, le maire de Montpeyroux Claude Carceller et le député Frédéric Roig. Ce n'est pas un hasard. Au-delà de la découverte de leurs précieux nectars, les hommes et les femmes de ce terroir gardent toujours dans le coin de leur tête l'obtention d'une appellation communale. "Une osmose parfaite entre les producteurs" "Cette fête est vraiment la preuve d'une osmose parfaite entre tous les producteurs, engagés dans la démarche aux côtés du syndicat. Pour nous, c'est essentiel", expliquait Arnaud Sandras, installé depuis 2010 à la tête du Domaine des Grecaux. Dans les rues animées par des groupes de musique, dans les caves et les caveaux, les commentaires vont bon train. N'est-ce pas David ? Équipé du verre de dégustation acheté à l'entrée du village pour la somme de 6 €, il prend son temps : "Je suis de Toulouse et je passe le week-end chez des amis de Montpeyroux. Même si je suis originaire de Bordeaux, j'aime ce que font les vignerons d'ici. J'apprécie le côté fruité du grenache. Je suis devenu un amateur de Montpeyroux". Quelques verres plus loin, Marie-Ange discute avec ses amis, un carnet à la main pour prendre des notes : "Nous en sommes encore à la dégustation des vins blancs. Tout simplement parce que nous en buvons toujours à l'apéritif. Nous voulions découvrir l'évolution des blancs de Montpeyroux, un terroir porté par un super dynamisme. Si le millésime 2012 a encore besoin de vieillir, nous dégustons de bons produits. Et ce, même s'il reste du travail à faire". Un avis de spécialiste. Ils sont nombreux à venir saluer lors de 'Montpeyroux toutes caves ouvertes', un des grands terroirs du Languedoc.

Midi Libre 22.04.2013

Mission Montpeyroux

TerreDeVins |  18 Avril 2012

En plus de ses vins, Montpeyroux est doté d’une chantante Consoeurie des Grapillettes qui sitôt qu’elle vous attrape au détour d’une ruelle, vous intronise vite fait bien fait ambassadeur du cru. Dont acte.

Dimanche 15 Avril, tous les vignerons investissaient le vieux village pour présenter les millésimes à la vente. Tous, depuis la coopérative artisanale abritant le vin languedocien le plus vendu au Canada (Comtes de Rocquefeuil) jusqu’aux derniers arrivés : le biodynamiste Escarpolette, les repreneurs des Grécaux, le prometteur et enthousiaste Joncas.

___________________________________

"Dimanche dernier, c’était «Toutes caves ouvertes» à Montpeyroux, village héraultais de mon cœur. Pourquoi est-il «de mon cœur» ? La faute au Carignan, vous vous en doutez, mais aussi à cause d’irréductibles vignerons qui s’accrochent sur les terrasses aux pieds du Larzac et du Mont Baudille (848 mètres de haut) tels des huguenots à leur désert".

"Autres arrêts marquants, chez des amis qui comptent bien que n’ayant pas toujours de Carignan à m’offrir, et dont les vins ont su me retenir : Alain et Catherine Chabanon d’un côté (dont je vous recommande l’excellent site), et le Domaine du Joncas de l’autre pour tremper mes lèvres dans le premier « Joia » 2011, de Christiane et Pascal Dalier."

Michel Smith, PourLeVin, est un journaliste français établi en Roussillon, travaillant pour diverses revues et guides en France. Il s'intitule lui-même "Journaliste en Vins et autres Plats de Résistance".

_____________________________________

Oenophiles,

Dimanche 15 avril c'était le jour de "Toutes caves ouvertes" à Montpeyroux.  J'y suis donc allé pour y déguster les nouveaux millésimes des vignerons bien établis et découvrir les nouveaux venus. Car en ces temps où on nous serine que la crise est là en général et dans le vin en particulier et encore plus en Languedoc-Roussillon, il se trouve, année après année, des téméraires, des passionnés, des inconscients (à vous de choisir le qualificatif) pour acheter des vignes et/ou en planter, pour se former à la viticulture, pour s'initier à la vinfication, pour s'équiper en matériel, bref pour créer un domaine et sortir de nouvelles cuvées.

Ce fut encore le cas cette année où, parmi la vingtaine de caves ouvertes, j'ai identifié 5 nouveaux venus ou établis sans compter les domaines récents qui sont apparus les dernières années et que j'avais remarqués l'an dernier. Quelle vitalité, quelle audace ! Cela vaut la peine de les citer même si je n'ai pas toujours eu le temps d'approfondir, mais on se reverra. Et vous pouvez, sans attendre l'an prochain aller leur rendre visite en leur caveau. Une liste complète des vignerons de Montpeyroux qui participaient à TCO dans :

L'affiche est interactive et vous aurez les renseignements sur le domaine en cliquant sur chaque grain de raisin de la grappe (c'est pas magique ça ?)

Revenons à mes 5 nouveaux.

Domaine des Cinq Vents : domaine créé en 2008 par une famille anglaise, en conversion bio, les cuvées de rosé et de rouge 2009 sont les premières de ce nouveau domaine, une belle concentration,  prix dans la tradition de Virgile Joly qui apporte son appui à ce domaine

Domaine de Clémentine : domaine créé à partir des vignes de la famille dont les raisins allaient jusque-là à la cave coopérative ; deux cuvées de rouge en 2010, avec des structures assez fermes ; prix abordable

Mas d'Amile : un des plus petits domaines de Montpeyroux ; deux cuvées : un rosé de merlot et de carignan et un rouge de vieux carignan qui est le reflet d'une jolie histoire familiale 

Domaine des Grécaux : le domaine n'est pas nouveau à proprement parler mais sa reprise en 2010 par Arnaud et Sophie Sandras après séparation des fondateurs et mise en vente rebat les cartes ; la Farandole 2011,  le rosé de grenache est charnu et de belle tenue ; le rouge 2009, Terra Olis, présente une belle fraîcheur et développe des notes de cassis et de mûre ; l'autre rouge 2009, Hemera, offre plus de complexité avec encore une belle fraîcheur

Domaine du Joncas : Pascal et Christine Dalier ont quitté leur Lorraine et une première vie professionnelle pour s'installer à Montpeyroux et y créer leur domaine ; je les avais rencontré chez des amis l'été dernier et depuis je les ai retrouvé à l'occasion de dîners de dégustation autour des vins de vignerons (Mimosa, de l'Art ou du cochon) ; j'étais tenu au courant de leurs activités par leur blogue et j'attendais avec curiosité la sortie de leur première cuvée, issue de leurs premières vendanges 2011 ; la cuvée Joïa (gre 60/ syr 40) élevée pour 3/4 en cuve inox et pour 1/4 en oeuf de béton devait être mise en bouteille le lendemain lundi (voir message ci-dessous) : attaque fraîche, jolie matière et assez souple, notes de violette et de cerise, tanins soyeux, le prix proposé (12 euros) est justifié ; pensez à réserver car il n'y aura que 3200 bouteilles et vous pourrez dire "Môssieu, j'y étais et j'ai dans ma cave le premier millésime de la première cuvée de Joncas"

Domaine de l'Escarpolette : je n'ai pas trouvé d'emblée le caveau de dégustation et ensuite il était trop tard pour que je revienne sur mes pas ; à voir l'an prochain...

En dehors de ces nouveaux,  j'ai rafraîchi en passant mes souvenirs gustatifs chez d'autres vignerons :  Alain Chabanon, Fabrice Ayala (le Clos de l'Aven).... Par manque de temps je n'ai pas pu aller voir (et complimenter) : Sylvain Fadat (domaine d'Aupilhac), Pascale Rivière (la Jasse Castel), Gil Morrot (Divem) et quelques autres.

Rectificatif et complément :

dans le paragraphe parlant du domaine du Joncas il fallait ajouter après "attaque fraîche" "un vin sur le  fruité avec des notes de ...." et à la fin du paragraphe il fallait lire "le premier millésime de la première cuvée ..."

 IGOR 

Igor 
V.M.D. Conseils
Vins, mets et denrées : conseils,
dégustations, accords culinaires

Michel-Igor GOURÉVITCH (MIG)
1084, rue de l'Aiguelongue
F - 34090 MONTPELLIER

tél. [33] (0)4 67 52 58 02
mig.gim@club-internet.fr

http://lebloguedigor.free.fr/index.php/